Nous allons maintenant procéder à l’empâtement proprement dit du sujet en question .Au préalable, lorsque vous procédez à l’empâtement d’une zone de la toile, attendre que cette dernière soit sèche pour débuter une nouvelle zone si cette dernière est au contact de la précédente (à moins que vous vous sentiez capable de ne pas mordre avec votre pinceau d’une zone sur l’autre lors du traitement de l’empâtement).

 

1/7.L’arrière plan derrière le sujet principal (Pinocchio), les flancs internes du caisson et le socle :

 

Ceux-ci sont couleur vert-gris avec des nuances très contrastées allant du vert très sombre au vert très clair, là où la source lumineuse tape. On utilisera du vert oxyde de chrome mélangé à du noir de mars ; on déclinera ce mélange avec du blanc de titane en trois couleurs:

 

-la teinte moyenne

-la teinte d’ombre

-la teinte claire

 

Vous rajouterez une pointe de jaune de chrome moyen imitation pour réchauffer la teinte claire et rajouterez un peu de siccatif de courtrai blanc.

Sur le flanc interne gauche, on peindra la zone avec de la teinte d’ombre que l’on obscurcira avec d’avantage de noir de mars le cas échéants ;la partie latérale gauche de ce flanc sera peint avec de la teinte moyenne (cette teinte moyenne est du au faite du retour de lumière s’effectuant du flanc opposé –flanc droit- vers le flanc gauche) ;le raccord entre ces deux teintes se fait de la manière suivante :vous hachurez en zigzags réguliers de 5-7mm sur toutes la longueur  de la limite, puis vous fondez et lissez délicatement et régulièrement avec la brosse n°2 ; enfin vous estompez cette zone de fusion avec un pinceau éventail(p).

Le fond du caisson sera peint avec de la teinte d’ombre; sur la partie gauche de Pinocchio, on mettra de la teinte d’ombre et sur la partie droite, on renforcera cette teinte d’ombre avec du noir de mars. De manière générale, il y a une ombre croissante de gauche à droite et de haut en bas (du fait de la source lumineuse présente en haut, à gauche du sujet-montage)

 

Juxtaposition de 2 empâtements

 

fusion par hachures ou “zig-zag” avec la brosse

lissage au pinceau éventail

Pour la bille, deux possibilités

 

-Soit vous remplissez de cette même teinte la surface de cette dernière en respectant son périmètre (vous laisserai un filet très fin sans peinture au niveau du périmètre de la bille); vous ne couvrirez pas le motif torsadé bleu ; vous empâterez jusqu‘à la limite du livre.

-Soit vous empâterez ultérieurement en même temps la couleur verte du fond et celle bleue du livre et les fusionnerez délicatement à la charnière livre-fond.

 

Dans les deux cas, les lumières sur la bille seront étudiées ultérieurement.

 

Le flanc droit sera peint avec de la teinte d’ombre et de la teinte claire; la partie gauche du flanc en teinte d’ombre et la partie droite du flanc en teinte claire; de la même manière vous procédez à la fusion des deux teintes tel que expliqué ci-dessus.

Principe d’empâtement avant hachures (flanc interne droit du caisson)

 

Le flanc droit sera peint avec de la teinte d’ombre et de la teinte claire; la partie gauche du flanc en teinte d’ombre et la partie droite du flanc en teinte claire; de la même manière vous procédez à la fusion des deux teintes tel que expliqué ci-dessus.

Fondu (moitié supérieure) et lissage (moitié inférieure) à la brosse (fond et flanc interne droit du caisson)

 

La réalisation du socle procède de la même technique: sur la partie gauche, on étalera de la teinte d’ombre et de la teinte claire (fusion entre les deux), sur la partie droite, mettre de la teinte moyenne que vous foncerez avec du noir de mars vers la partie arrière.

 

Pour finir avec cette étape, vous estomperez l’ensemble des coups de pinceaux passés sur le fond, les flancs et le socle avec l’éventail afin que la surface apparaisse le plus lisse possible.

 

Le fond, c’est-à-dire l’arrière plan ainsi que les flancs internes droit, gauche et le socle sont  empâtés. On laisse sécher pour permettre de reprendre, le lendemain, le travaille d’empâtement sur les autres zones sans morde et diffuser les couleurs.

Il est possible cependant de continuer dans la foulée l’empâtement si vous considérer votre main assez sur pour juxtaposer, modeler et lisser à l’éventail les zones contiguës.

 

L’étape 1/6. est terminée

 

2/7.Les faces frontales du caisson en carton censées représenter du bois : 

 

La source lumineuse venant d’en haut et du coté gauche, cela engendre physiquement une dégradation de la lumière de gauche à droite et de haut de bas; en d’autre termes, vous aurez plus de lumière en haut à gauche de la composition qu’à droite et en bas. En conséquence, on fera valoir cela lors de l’empâtement.

Vous réaliserez un mélange arbitraire de pâte constituée de terre d’ombre naturelle, d’ocre rouge, de jaune de mars et une pointe de blanc de titane. Vous enduirez la partie droite et inférieure du caisson  Vous déclinerez au fur et à mesure ce mélange avec du blanc de titane et couvrirez ainsi les cotés ; lorsque vous arriverez au dernier tiers de la surface à peindre du bord du caisson, la teinte du mélange devrez être assez claire ; aussi, vous réchaufferez la teinte de ce dernier avec une pointe de jaune de mars et rajouterez un peu de siccatif.

Lors de la réalisation de cette empâtement, vous allez être confronté aux projections d’ombre du livre et du papier froissé (ne considérez pas celle projeté par la partie latérale cartonnée à gauche du papier froissé qui n’est due qu’à la superposition de deux épaisseurs de carton) ; pour cela procédez au mélange de terre d’ombre naturelle et de noir de mars et une pointe de blanc de titane et appliquez la pâte selon les limite du graphisme.

Empâtement des teintes pour le bois (base du caisson)

 

Gros plan d’une limite entre ombre et lumière (sous l’angle gauche du papier)

Fusionnez les deux teintes claire et ombre, en réalisant un zigzag avec la brosse n°2 tout au long de la limite des deux teintes et ce sur une largeur assez faible d’environs 4mm.

Réalisation des hachures et fondu des teintes sur la limite ombre-lumière supérieure (base du caisson)

 

Lissez ensuite délicatement la brosse tout au long de cette limite pour fondre les hachures; lissez à l’aide de l’éventail ces limites.

 

Pour finir, vous passerez l’éventail sur l’ensemble de la surface correspondant au caisson, ainsi que sur les zones d’ombre et de lumière avec délicatesse. En général, cette opération, lorsqu’elle est réalisée avec légèreté à l’aide d’un éventail propre et à la fin d’un empâtement long, n’engendre pas de mélange de teintes ou très peu. Sachant que cette même surface sera « salie » par une patine (cf. paragraphe 7.), ces débordements légers de teintes ne posent pas de problème.

Réalisation du fondu à la brosse et finition à l’éventail (base du caisson)

 

Etape 2/6.est terminée

 

Les brillances visibles sur les photos tiennent soit de la peinture fraîchement empâtée, soit des embus après séchage. Ceux-ci ne posent pas de problème car ils disparaîtront après les vernissages provisoire et définitif.

3/7.Le livre et la bille :

 

-Pour le livre, nous procèderons toujours de la même façon. On prépare un mélange de peinture avec du bleu outremer foncé, un peu de noir de mars et du blanc de titane afin de se rapprocher le plus possible de la couleur locale du livre (c’est-à-dire la couleur moyenne hors ombre et lumière) ;  Vous déclinerez cette teinte avec du blanc de titane pour obtenir la teinte claire et avec du noir de mars pour obtenir la teinte sombre. Il ne reste plus qu’à empâter selon les limites que vous avez définies lors du graphisme et en respectant les symboles « l », « o-l », « o ». Par ailleurs les cicatrices présentes sur le cuir du livre (accrocs, éraflures), de couleur ocre-rouge délavé ainsi que les inscriptions dorées seront dans un temps ultérieur rajoutées sur la surface bleue du livre. Toujours de la même façon, vous procèderez à la fusion délicate des limites de couleurs (teinte claire-teinte d’ombre –teinte moyenne) ; les partie du livre présentant des lumières vives (sur l’arête supérieure et les renforts verticaux situés sur la reliure du livre) ne seront pas représentés à ce stade de la peinture. L’exécution de celles-ci en grand clair (ou luisant : réalisation de la lumière vive par un apport substantiel de blanc) seront l’objet d’explications pratiques ultérieurement. Finir par un estompage

délicat des traces de la brosse avec le pinceau éventail.

Empâtement du dos du livre avant modelage

Lissage du dos à l’éventail après modelage des pâtes

Empâtement de la couverture du livre avant modelage

Lissage de la couverture à l’éventail après modelage des pâtes

 

-Au niveau de la bille, comme décrit précédemment, on couvrira de teinte d’ombre soutenue la partie incluse dans les limites de son périmètre en respectant le motif torsadé bleu. Faites apparaître un fin filet sans peinture su la périphérie de la bille. Faire mordre les limites du fond vert foncé et bleu foncé à l’intérieur de la bille. Les lumières sur  la bille seront réalisées ultérieurement.

Empâtement du fond de la bille en deux teintes d’ombre (à base de vert et bleu) avant fusion

Lissage à l’éventail après modelage et fusion des deux teintes

 

La tranche latérale droite du livre sera traitée avec un mélange de blanc de titane, de terre d’ombre naturelle, d’une pointe de bleu outremer foncé et de jaune de mars. Vous procéderez à une décroissance en tonalité du mélange : la partie sombre au niveau de la partie distale de la tranche et la partie claire au niveau de la partie proximale de cette même tranche. Vous lissez, estompez et laissez sécher.

Exécution de la tranche latérale du livre

 

Vue de l’ensemble (livre et bille) après estompage (à l’éventail) et nettoyage des bavures à l’essence de pétrole

 

Les auréoles visibles autour des objets peints proviennent du nettoyage à l’essence de pétrole et disparaîtront lors du passage du vernis provisoire.

 

4/7.Le papier froissé, le col et les mains de Pinocchio :

 

Le papier froissé :

 

Lors du graphisme, j’ai volontairement choisi de simplifier la représentation des froissures sur le papier ; les masses d’ombre les plus marquées ont été précisé ; on se contentera dans un premier jet d’empâtement de modeler la feuille qu’en fonction de ces grandes lignes somatiques.

Lors d’une deuxième étape, on représentera les menus froissures ainsi que les petites ombres et lumières caractéristiques du papier froissé.

Toujours selon le même rituel, on procède au mélange des pigments sous forme non pas des trois teintes conventionnelles mais de quatre : très claire, claire, d’ombre, et moyenne. Mélanger du bleu outremer foncé et de la terre d’ombre naturel, une pointe de noir de mars avec beaucoup du blanc de titane ; vous déclinez ce mélange en quatre teinte en rajoutant  un peu de siccatif pour la teinte très claire, claire et moyenne.

Enfin, vous procédez à l’empâtement selon les annotations symboliques (« ll », « l », « ol » , « o »).

Empâtement avant modelage à la brosse des quatre teintes

Estompage à l’éventail après modelage des quatre teintes (le nettoyage du pourtour du papier n’ayant pas encore était réalisé)

Nettoyage des bavures à la brosse n°2 à l’essence de pétrole (les embus disparaîtront avec le vernis provisoire)

 

Vous fondez délicatement à l’aide de la brosse les limites des zones des différentes tonalités tel que décrit au début du paragraphe sur l’empâtement ; vous amortissez les traces de la brosse avec l’éventail.

Vous ferez également valoir le filet d’ombre très marquée observé à la jonction du papier et du livre et ce avec un mélange de noir de mars, de bleu outremer foncé et de terre d’ombre naturelle.

 

Les mains et le col :

 

Toujours avec les mêmes mélanges de pigment, nous allons traiter ces nouvelles zones ; dans ce cas nous allons empâter simultanément le col et les mains avec les teintes qu’elles présentent en commun  pour gagner du temps d’exécution ; Pour le col et la main gauche (celle dans l’ombre) et selon les lignes du graphisme, vous appliquez la teinte d’ombre sur le dos de la main en dégradant la teinte d’une pointe de blanc de titane pour empâter la partie supérieure du dos de cette dernière (tranche supérieur de la main) et la partie gauche (l’équivalent du poigner) ; il faudra faire valoir les sillon marqués dans le bois peint de la main représentant les doigts pour de la teinte d’ombre que vous fusionnerez par la méthode déjà décrite à plusieurs reprises.

 

Empâtement du col et des mains avant modelage

 

Pour le col, appliquez de la teinte d’ombre sur la partie droite de ce dernier. Ensuite prenez de la teinte moyenne et enduisez la partie attenante en dégradant cette teinte d’une pointe de blanc de titane en faisant valoir les coup de ciseau ayant permis le façonnage du bois sous-jacent ; toujours fusionnez les teintes. Avec la même teinte moyenne, enduisez la face de la main droite en faisant valoir les lignes du graphisme déterminées par  les nuances : de la teinte moyenne et cette même teinte éclaircie de blanc de titane pour le « triangle »  plus claire qui se dessine à la partie supérieure de cette main : fusionnez les deux teintes (ne faites pas valoir le trait sombre qui coupe la main ni les petites lignes qui court dans le sens de la longueur de la main, qui seront traités ultérieurement). Enfin , les parties claires, avec de la teinte claire que vous appliquerez sur le restant du col, exceptées les bandes bleues ciel (attention, n’oubliez pas au niveau de la partie centrale de ce dernier, de faire valoir l’aspect concave en juxtaposant à la teinte claire un filet de teinte d’ombre très légèrement éclaircie que vous fusionnerez délicatement), sur la tranche antérieure  de la main gauche, et sur le pourtour supérieur et antérieur de la main droite ; vous fusionnez les limites et enfin amortissez les coups de brosses avec l’éventail. Le blanc des yeux se fera ultérieurement.

Lissage après modelage

Nettoyage des bavures à l’essence de pétrole

 

5/7.La culotte et le chapeau avec sa plume et le crayon :

 

Vous procéderez au mélange d’une pâte constituée de rouge lefranc, d’une pointe de jaune de chrome moyen imitation, d’une pointe de blanc de titane et d’un peu de siccatif de courtrai blanc ; Il s’agit de la teinte moyenne ; vous la déclinez en teinte sombre en la mélangeant  avec un peu de noir de mars et en la diminuant du jaune de chrome moyen ; de la même manière vous déclinez la teinte moyenne en teinte claire en rajoutant du blanc de titane. Lors de l’empâtement, vous serez amené à décliner encore ce mélange selon les besoins des nuances imposées.

 

On commence par les zones les plus sombres et notamment par la partie gauche du chapeau et de la plume mais aussi de la tranche frontale de la cuisse et la partie inférieur et longitudinal du crayon et ce en suivant les lignes du graphisme. Vous empâtez ensuite avec de la teinte moyenne  le reste du chapeau (excepté la partie en relation avec les cheveux qui est plus clair) et la tranche de la plume ; ombrez légèrement la partie gauche du chapeau.

 

Parallèlement, disposez simultanément les différentes teintes sur la culotte et le crayon et toujours selon les délimitations graphiques et les annotations symboliques d’ombres et de lumières ; il vous faudra éclaircir d’avantage la teinte claire pour la zone correspondante à la partie gauche du ventre de Pinocchio; Vous fusionnez les zones entre elles à la brosse toujours selon la technique des hachures et lissez à l’éventail. Les menus détails de matière propre au bois seront traités plus tard.

Empâtement de la culotte, du chapeau et de la plume

Modelage, lissage, estompage et nettoyage des bavures

 

6/7.La chemise et la cravate :

Empâtement de la chemise et de la cravate

 

Toujours trois teintes de base ; pour la teinte moyenne du jaune lefranc, une pointe de blanc de titane et du siccatif ; la teinte sombre la teinte sombre sera constitué du même mélange mais avec une pointe de noir de mars ; cette teinte tendra vers couleur jaune-vert salie ; la teinte claire est obtenue  à partir de la teinte moyenne par adjonction de blanc de titane.

 

On prélèvera un peu de la teinte sombre pour réaliser la partie droite de la manche gauche ainsi que la partie droite de la manche droite (au niveau de la jonction du bras et du tronc). Une quatrième teinte sera nécessaire pour réaliser la partie basse de la face interne (partie droite) du bras droit où la culotte renvoie une lueur rougeâtre. Pour cela  prélevez de la teinte moyenne et  rajoutez un peu de rouge lefranc ; appliquez  sur la partie droite  à la base de la manche droite (tel que décrit ci-dessus). Pour le reste de l’empâtement de la chemise suivre les lignes du graphisme et appliquer les différentes teintes selon la tonalité demandée par les différentes zones. Fusionnez et lissez comme à l’habitude ; les détails seront traités ultérieurement.

Modelage, lissage, estompage et nettoyage des bavures

 

7/7.Le gilet et les cheveux :

 

Réalisation des trois teintes ; la teinte moyenne : du noir de mars, une pointe de rouge lefranc et du blanc de titane (vous obtenez un gris très légèrement réchauffé grâce à la pointe de rouge); la teinte sombre : la même composition mais avec d’avantage de noir (pâte très sombre qui tend vers le noir) ; et une teinte claire : la teinte moyenne rehaussée de blanc de titane ; Vous appliquez  la teinte sombre sur la partie droite des cheveux et du gilet ; vous éclaircirez très légèrement la partie moyenne des cheveux à la hauteur de l’oreille et sous cette dernière ; de la même manière , vous faites valoir l’incidence lumineuse dans la partie sombre du gilet correspondant au renvoi de lumière de la manche sur le gilet (teinte constituée de jaune de mars et de teinte moyenne) ;appliquez la teinte moyenne sur la partie supérieure des cheveux et sur le volet gauche du gilet (contre la teinte d’ombre précédemment appliquée) ;la teinte claire sera disposée sur la tranche antérieur des cheveux et sur le volet droit du gilet ( vous ferez valoir la lumière verticale sur ce dernier par l’ajout d’un mélange obtenu par la déclinaison d’un petit peu de teinte claire avec beaucoup de blanc de titane et du siccatif de courtrai blanc) . Vous fusionnez les zones et lissez avec l’éventail.

Empâtement des cheveux et du gilet

Modelage, lissage, estompage et nettoyage des bavures

 

8/7.Les chaussures :

 

Trois teintes : la teinte moyenne : du rouge lefranc, une pointe de bleu outremer foncé et une pointe de blanc de titane.la teinte claire : la même base augmentée de blanc de titane et d’une pointe de jaune de mars. La  teinte sombre : la même base que la teinte moyenne avec du noir de mars. Vous appliquez selon les annotations et lignes graphique représentant les ombres. Vous fusionnez  et lissez.

Empâtement des chaussures

Modelage, lissage, estompage et nettoyage des bavures

 

9/7.Les parties en bois brut constituant Pinocchio et la pointe du crayon et le tabouret paillé :

 

Les bras, les avant-bras, les cuisses, les jambes, le visage et la pointe taillée du crayon :

 

Les  trois teintes : la moyenne sera constituée d’une pointe de terre d’ombre naturelle et d’ocre rouge, de jaune de mars et de blanc de titane. La teinte claire reprendra ce mélange augmentée  de blanc de titane et d’un peu de siccatif. La teinte sombre reprendra également la teinte moyenne augmentée de noir de mars. Selon le cas vous pourrez décliner encore ces mélanges en fonction des exigences imposées par le sujet.  Vous appliquez selon les indications du graphisme : la teinte d’ombre sur la face antérieur de la jambe , sur le genou et la face dorsale de la cuisse gauche, sur le bras gauche (mais avec ce même mélange un peu éclairci de jaune de mars),sur la partie latérale droite du visage, sur l’oreille ,au niveau de l’ombre du nez et celle projetée par ce dernier sur la joue gauche ; la teinte moyenne sur la partie supérieure et inférieure du tronc de cône que représente le nez, sur la face latérale interne de la jambe droite, cuisse droite, bras et avant-bras droit, partie latérale droite et gauche du visage (le bord libre gauche du visage et la partie en rapport avec l’ombre à droite du visage). La teinte claire sur la face interne jambe et cuisse gauche, parties  frontales de la jambe et de la cuisse droite, et enfin de la partie centrale et frontale du visage et le bout du nez. Attention, faire valoir subtilement par les tonalités colorées les zones articulaires notamment des deux membres inférieurs (genoux) et le poignet de la main gauche (partie inférieure dans l’ombre).

Empâtement des parties de bois naturel

Modelage, lissage à la brosse, estompage à l’éventail, et nettoyage des bavures à la brosse.

 

Le tabouret et sa paille :

Empâtement du piétement de la chaise

Modelage, lissage à la brosse, estompage à l’éventail, et nettoyage des bavures à la brosse.

 

Utilisez les mêmes mélanges que pour Pinocchio. Vous les appliquerez avec la même rigueur imposée par les symboles d’ombres et de lumières. Respecter lors de l’empâtement les retours de lumière dans les zones d’ombres (à la partie inférieure des barreaux de chaise horizontaux et latéraux droits de ceux qui sont verticaux) et notamment, faire valoir la nuance rougeâtre du retour de lumière dans l’ombre du barreau verticale gauche, à sa partie supérieure, contre la jambe. Les cicatrices présentes sur les parties de bois et les motifs propres à la paille ne seront traitées que lors de prochaines étapes.

 

L’exigüité de la zone paillée et les jeux complexes d’ombre s’y portant, obligent  de part le format du pinceau éventail, à une réduction de la définition du motif part un effacement lié à l’estompage des coups de brosse. L’ensemble de cette définition sera récupéré lors d’étapes futures (cf. chapitre 9. Renforcement des contrastes)   

 

10/7.Le liseré du chapeau, les liserés bleus du col, les petits boutons des chaussures, les yeux et l’iris bleu des yeux,  le motif bleu de la bille, la bouche rose, l’agrafe (reliant la tête au tronc) :

 

Les yeux :

 

On empâtera en priorité le fond blanc de l’œil après avoir vérifié que la peinture au niveau du visage est parfaitement sèche. Vous utiliserez une teinte moyenne constituée de blanc de titane, d’une pointe de bleu outremer foncé  et de terre d’ombre naturelle et une teinte claire reprenant la teinte moyenne augmenté de blanc de titane et de siccatif de courtrai blanc. Vous enduisez avec la teinte moyenne la partie droite et inférieure de l’œil gauche et avec la teinte claire la partie gauche et supérieure du même œil. L’œil droit, le moins visible mais le plus orienté vers la source lumineuse sera empâté de teinte uniquement claire ; vous réaliserez la pupille une fois le fond des yeux sec.la pupille se réalisera avec une teinte composée de noir de mars, bleu outremer foncé, de terre d’ombre naturelle et d’une pointe de blanc de titane. La pupille de l’œil gauche sera un peu plus sombre que celle de l’œil droit.

 

Le liseré vert de gris du chapeau :

 

On utilisera un mélange de vert oxyde de chrome et de noir de mars et de blanc de titane en deux teinte : moyenne et d’ombre ; on appliquera la teinte d’ombre aux extrémités droite et gauche du liseré et entre ces deux extrémités la teinte moyenne et on fusionne les deux valeurs.

 

Les liserés bleus du col et le pourtour bleu des pupilles :

 

Vous réalisez un mélanges de bleu outremer foncé, de vert d’oxyde de chrome et de blanc de titane avec un peu de siccatif  (ou encore de bleu saphir ou bleu azural imitation avec du blanc de titane et du siccatif de courtrai blanc) ; il s’agira là de la teinte claire ; vous la déclinez en teinte moyenne en rajoutant un peu de noir de mars. Vous appliquez sur la partie droite du col la teinte moyenne et sur la partie gauche la teinte claire ; vous façonnez et lissez. Idem pour les yeux, la partie droite et inférieure du cercle bleu de la pupille de l’œil gauche avec la teinte moyenne et la partie opposée du cercle du même œil avec la teinte claire ; le cercle de la pupille de l’œil droit sera exécuté avec de la teinte claire dans son intégrité.

L’empâtement des liserés bleus du col et vert de gris du chapeau

Modelage, lissage à la brosse, estompage à l’éventail, et nettoyage des bavures à la brosse. Empâtement et finition s du blanc des yeux

 

Le motif bleu de la bille :

 

Vous réalisez un mélange de bleu outremer foncé avec une pointe de vert oxyde chrome et de blanc de titane : ce sera la teinte moyenne ; vous la déclinez en teinte claire avec du blanc de titane et en teinte d’ombre avec du noir de mars.

Empâtement du motif bleu de la bille

Modelage, lissage à la brosse, estompage à l’éventail, et nettoyage des bavures à la brosse.

 

On suivra les instructions imposées par les lignes du graphisme et les annotations symboliques d’ombres et de lumières. Les reflets lumineux et éclats de lumière seront représentés lors d’étapes ultérieures.

 

La bouche rose :

Empâtement de la bouche

 

Réalisez un mélange de rouge lefranc et de blanc de titane avec un peu de siccatif de courtrai : il s’agira là de la teinte claire ; vous foncerez cette teinte avec un peu de  terre d’ombre naturelle : voilà la teinte moyenne.

Vous appliquez la teinte moyenne à gauche de la bouche et la teinte claire à droite, vous fusionnez.

Lissage de l’empâtement

Les petits boutons sur le flanc des chaussures :

Lissage de l’empâtement

 

Vous réalisez un mélange à partir de jaune de chrome moyen imitation, de jaune de mars et d’une pointe de blanc de titane (avec un peu de courtrai blanc) ; cela constituera la teinte clair et ensuite vous déclinez cette même teinte avec  de la terre d’ombre naturelle : voilà la teinte d’ombre ; vous appliquez, à gauche de la teinte claire pour la partie supérieure et d’ombre pour la partie inférieur, à droite de la teinte d’ombre pour l’ensemble du bouton. Vous faite valoir la lumière dans l’ombre à la partie inférieure de ce même bouton. Vous fusionnez et lissez.

L’agrafe métallique au niveau du cou :

Avec un mélange peu fluide de noir de mars, de terre d’ombre naturelle, de bleu outremer foncé et d’une pointe de blanc de titane, vous réalisez l’agrafe mais sans modelé (simple empâtement uni) ; vous laissez sécher.

 

L’empâtement est terminé.

Page suivante: 8.La patine des surfaces empâtées et réalisation des veines du bois (résineux):

Page précédente: 6.Entretien des pinceaux :